Diesem Blog präsentiert verschiedene meiner privat verfassten Texte . Die Herangehensweise ist multilingual und interdisziplinär. Die Themen sind international und betreffen vor allem Politik, Nachhaltigkeit, soziale Aspekte und eine Auswahl bestimmter Wirtschaftszweige.
Viel Vergnügen! - JJ Bürger -

Ce blog rassemble une partie de mes textes, créés en dehors de mes activités professionnelles. L'approche est plurilingue et interdisciplinaire. Les sujets sont internationaux et concernent notamment la politique, la durabilité, des aspects sociaux et certains secteurs de l'économie. Bonne lecture! - JJ Bürger -

Thursday, November 10, 2011

What if the true reason of the crisis was... energy?

By JJB

1) Introducing Jeremy Rifkin

What if the true reason of the crisis was energy prices? That's what Jeremy Rifkin suggests, an internationally renowned government and business consultant, author and social critic. According to him, the true beginning of the crisis was when the price of oil hit 147$ per barrel in July 2008. When asked by a journalist about another event (that is more commonly considered to have triggered the crisis), the bankrupcy of Lehman Brothers in September 2008, Rifkin insisted that this was just another side effect of the rising oil prices. Or, in a more general perspective, Jeremy Rifkin advocates the idea that the "old" business model of Western civilisation doesn't work anymore, as it is too focussed on oil. Rifkin argues that highly oil-dependant economies cannot efford to buy all the oil that would be needed to continue to meet the energy demands of this "old" business model. Therefore, the "old" machine produces either much less economic growth than needed, or it consumes too much money - or a bit of both at the time. For Rifkin, increasing American consumer debts was just one of many ways of trying to avoid a structural change within the old energy and business model.
The president of the Foundation on Economic Trends (an organisation which is also known as "The office of Jeremy Rifkin") therefore urges the world's nations to enter a new era of decentralized energy production, beyond fossil fuels - and to make important investments in this new model for business and energy consumption. While this idea may seem rather bold and difficult to realise, due to the recent wave of austerity measures, Rifkin argues that these investments are nonetheless vital for overcoming the crisis of today's system. When decentralising energy production, major energy companies are likely to lose an important part of their market share. Rifkin's answer to that is to transform these companies from energy producers to energy consultants and managers, if they want to be part of tomorrow's winners. Citing IBM as an example for a company moving from production to consultancy and management, Rifkin says that high officials of major European energy companies, such as E.ON and EnBW, agree with his ideas for the energy business of the future.


2) Agreeing or not?
One might react to Mister Rifkin's ideas by referring to the outsourcing of industrial production from industrialised countries to developing countries. In fact, this might suggest that the real problem is not a certain model of energy consumption and business, as Mister Rifkin argues, but rather a shift in its engagements - developing countries adopt the Western model and prosper, industrial countries outsource an important part of the old model (industrial production) and decay, while trying to avoid the final collapse by taking credits. From this point of view, the main issue is the balance of international trade, not energy. As a consequence, what is needed would be less (instead of more) state intervention concerning environmental regulation in general and certain types of energy production in particular - so that industrial production can reconquer Europe.
Others might argue that even emerging countries such as China cannot continue infinitely to increase their economic production and their oil consumption at exponential rates. And that the solution for the West is not to choose between environment and industry, but to make them coexist more peacefully. After all, even chief economists of the International Energy Agency (IEA) affirm: "The age of cheap oil is over", as their study shows that the all time-peak of crude oil production was probably reached in 2006. Therefore, we might either way have to prepare for a future that is less dependant on oil - an idea that everyone might probably agree on, even though there is still a controversy about the urgency and the intensity of that change.
When facing this controvery, Jeremy Rifkin is very confident about the possibility of realising a rapid overall change, for example by enhancing electric mobility and smart grids, or by promoting solar and geothermal energy as standard features that transform all buildings into micro-powerstations. Yet, it should be said that Rifkin is in a position where optimism comes rather easy: as a consultant, he just delivers the ideas, while it is up to politics, the economy and the civil society to make them come true.

3) Conclusion
Let's not forget that delivering ideas is very important work, and that Mister Rifkin has been very innovative in that job throughout the decades. But let's also note that it is now the turn of other forces - politics, economy, civil society - to show whether they are capable and willing to live up to these ideas. This is a continuing process that has no explicit beginning or ending - we will see where it leads (or rather: where we make it lead). In any case, those who help stimulating a rational, open-minded debate by their ideas and their actions will play an important role for defining tomorrow's post-crisis policies. These policies may concern energy issues, but they will also have to address other problems, such as the finance system, debts and international trade.

Tuesday, November 8, 2011

Agriculture : Une réforme PAComme les autres (3)

Par JJB


3) PROCHAINES ETAPES

Maintenant que la Commission européenne a dévoilé ses proposition législatives, le processus de codécision pourra se mettre en marche. Cela signifie que le Parlement européen et le Conseil de l'UE doivent approuver la proposition de la Commission, éventuellement après y avoir apporté des modifications. A la fin de ce processus, le Parlement et le Conseil doivent avoir trouvé une version définitive des propositions législatives - ils doivent donc trouver un compromis. Celui-ci est attendu pour le premier semestre de 2012, durant lequel la présidence du Conseil de l'UE sera assurée par Chypre. Ensuite, les Etats-membres devront communiquer à la Commission leurs choix nationaux, qui seront éventuellement prévus par le texte final. Ainsi, l'ensemble des agriculteurs européens sera à même de connaître les choix nationaux avant le début de la campagne agricole 2013/2014. Pour cela, la notification devra se faire au premier semestre 2012 (présidence irlandaise) ou au début du second semestre 2013 (présidence lituanienne).
Ensuite, la nouvelle PAC devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2014, sur l'ensemble du territoire de l'Union européenne.

Monday, November 7, 2011

Agriculture : Une réforme PAComme les autres (2)

Par JJB


2) LES REACTIONS



Lors de la communication de la Commission européenne sur l'avenir de la PAC, les députés du Parlement européen n'ont pas manqué cette occasion de mettre en avant leurs points de vue. 


Citons d'abord l'allemand Albert Deß (du Parti populaire européen, PPE), qui était également le rapporteur du Parlement européen lors du rapport sur la PAC à l'horizon de 2020, voté le 31 mai 2011. Le communiqué de Monsieur Deß, publié suite à la présentation de la Commission, promet que "le Parlement européen luttera pour une politique agricole européenne qui soit forte et moins bureaucratique". Ainsi, il souhaite que les agriculteurs "puissent passer plus de temps auprès de leurs champs et leurs animaux et non derrière leurs bureaux". Afin d'être plus écologiques, plus performantes et plus justes, les aides agricoles devraient être maintenues et mieux distribuées, toujours dans le système des deux piliers. Albert Deß exclut toutefois le recours excessif aux jachères, qui ne serait pas, selon lui, en phase avec l'augmentation de la demande mondiale des produits agricoles.


Deçu de ces propositions, le portugais Luis Manuel Capoulas Santos (Socialistes et Démocrates, S&D) a déclaré : "La proposition de la Commission est bien de loin mais loin d'être bien". Pour lui, celle-ci n'est pas à la hauteur de ce que la commission parlementaire chargée de l'agriculture avait proposé - notamment en matière du verdissement, la réduction de la bureaucratie et la régulation du marché. En effet, Monsieur Capoulas Santos est très actif dans cette commission parlementaire, où il a, entre autres, accompagné, en tant que rapporteur, l'avis pour le budget agricole 2012. C'est un sujet dont la commission parlementaire des budgets est chargée en première ligne, mais la commission de l'agriculture est toutefois saisie pour avis, pour ce qui concerne le budget agricole. Ainsi, Monsieur Capoulas Santos a souligné qu'il était important de maintenir un budget agricole conséquent, afin de pouvoir répondre aux enjeux actuels. Il a également insisté sur la nécessité de faire plus d'efforts pour faire converger les aides que reçoivent les anciens et les nouveaux Etats-membres - un sujet qu'il avait déjà mis en avant lors des débuts du débat de la réforme


Pour l'écossais George Lyon (Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe, ALDE), "les propositions pour la PAC passent à côté des vrais enjeux". Malgré un certain nombre de points positifs, il fait valoir de lourdes critiques, concernant entre autres le verdissement qui ne serait pas opérationnel (mais plutôt un frein à la compétitivité) et l'obligation de laisser inexploité 7% des terres. Ceci dit, Monsieur Lyon note que plusieurs améliorations ont été apportées pour les agriculteurs écossais. Très impliqué dans le débat sur la PAC, George Lyon a figuré, en 2010, comme rapporteur parlementaire du rapport sur l'avenir de la PAC après 2013, et il a contribué à plusieurs reprises au débat public.




Martin Häusling, porte-parole en matière agricole des Verts au Parlement européen, se dit, lui aussi, déçu des propositions dévoilées par la Commission, d'autant plus qu'il avait accueilli de façon très chaleureuse la première communication en 2010. Aujourd'hui, Monsieur Häusling déplore une "coalition récalcitrante" (dirigée avant tout, selon lui, par son pays natal, l'Allemagne, et les lobbies agricoles) : celle-ci aurait, durant une année, estompé les ambitions initiales de la Commission. Selon le député Vert, les propositions environnementales ne sont pas à la hauteur de l'urgence, et la priorité mise sur l'innovation et la recherche n'est pas automatiquement bénéfique pour l'environnement, car elle pourrait aussi entraîner une intensification des impacts négatifs. Récemment, Martin Häusling était le rapporteur parlementaire sur l'importance de la production et des labels biologiques, et des protéines végétales pour une politique agricole européenne durable.




En ce qui concerne les coopératives et organisations agricoles, leurs réactions sont hétérogènes, tout comme leurs perceptions de l'agriculture. En Irlande, l'Irish Farmers' Association (IFA) est opposée aux propositions de la Commission, car le paiements fixes pourraient réduire sensiblement les revenus agricoles irlandais, selon l'IFA. En général, les propositions seraient "très négatives pour l'agriculture irlandaise et ses agriculteurs actifs". De même, le ministre irlandais de l'agriculture, Simon Coveney, s'est dit déterminé de lutter pour le maintien des aides perçues par l'Irlande.
Par contre, comme le rappelle le ministère polonais de l'agriculture, les anciens Etats-membres sont, en général, favorable au système actuel des aides, tandis que les nouveaux Etats-membres souhaitent accroître leur part du gâteau.


Face à cette multiplicité de critiques, Dacian Ciolos, Commissaire à l'agriculture et au développement rural, a souligné, lors de ces conférences de presse et devant les associations et le parlement, la nécessité de trouver un compromis (par exemple ici, au sujet de la Roumanie). C'est une tâche difficile lorsqu'il s'agit d'un domaine si controversé, d'autant plus que c'est la première fois que l'on discute d'une réforme de la PAC sans connaître le budget de la politique agricole, dont les négociations sont toujours en cours.


Dacian Ciolos, commissaire à l'agriculture, et Marek Sawicki, ministre polonais de l'agriculture. Source: Reuters